Close

Présidentielle : Les Français se prononcent sur la souveraineté numérique [CP du 15 février 2022]

Source: PlayFranceDigital

ipsos

Face à la double montée en puissance du télétravail et du cloud, la protection des données professionnelles devient centrale pour les entreprises et les administrations. Elle devient également une préoccupation des Français à quelques semaines de l’élection présidentielle.

Le collectif playfrance.digital dévoile aujourd’hui les résultats exclusifs d’une enquête IPSOS qui révèle :

1. Une méfiance certaine envers les logiciels extra-européens

Pourtant utilisés tous les jours par les entreprises et les administrations, les logiciels américains suscitent la méfiance. Près de la moitié des actifs n’ont pas confiance dans les logiciels US en matière de protection des données professionnelles (47% – contre 29% pour des logiciels européens).

confiance chart 1

Les Français ont également été interrogés spécifiquement sur les outils de travail collaboratif : partage de documents, visioconférence, chat. Parmi ceux qui se prononcent sur le sujet, ils sont 30% à affirmer faire d’avantage confiance aux logiciels français ; contre 9% pour les logiciels américains et seulement 2% pour les logiciels chinois.

chart 2

2. Un soutien massif à des quotas d’achat public de logiciels


Près de 9 Français sur 10 (86%) pensent que l’État, le secteur public, et les entreprises basées en France, devraient réaliser au moins la moitié de leurs achats de logiciels auprès d’acteurs européens.
Ils sont une proportion équivalente (86%) à souhaiter que les candidats à l’élection présidentielle soutiennent cette mesure.

charte3

Cette proposition de réserver au moins 50% de l’achat public à des acteurs européens avait été proposée par le collectif d’entrepreneurs playfrance.digital en mai 2020, à la sortie du premier confinement. Les signataires avaient alors alerté les pouvoirs publics sur les risques que le recours massif du télétravail faisait porter sur la souveraineté nationale.
Antoine Duboscq, porte-parole du collectif d’entrepreneur playfrance.digital : « Nous nous félicitons des résultats de cette étude qui montre l’intérêt des Français pour la souveraineté numérique. Nous appelons tous les candidats à la présidentielle, qui disent vouloir défendre la souveraineté numérique, à s’engager dès à présent à défendre une mesure concrète, plébiscitée par tous les Français »

Méthodologie
L’enquête a été menée par un questionnaire auto administré en ligne du 4 au 12 novembre 2021, auprès d’un échantillon de 500 actifs du secteur public et de 500 actifs du secteur privé qui travaillent tous les jours ou plusieurs jours par semaine dans un bureau. La représentativité a été assurée par la méthode des quotas.

Le mouvement playfrance.digital a été créé initialement par Alain Garnier (Jamespot), Pascal Gayat (Les Cas d’OR), Raphael Richard (Néodia), Matthieu Hug (Tilkal), Antoine Duboscq (Wimi) et soutenue par 275 signataires le 09 avril 2020. Cette initiative a été rejointe par Luc Bretones et son initiative du Club IT50+ dont l’objet est d’engager les dirigeants des Grandes Entreprises à se fournir auprès des acteurs européens du Numérique pour au moins 50% de leurs investissements dans leurs nouveaux projets. A date 600 signataires composent le Collectif playfrance.digital
Antoine Duboscq est président et fondateur d’AdVentures, un start-up studio, et de WIMI, un logiciel de travail collaboratif qui équipe de nombreux acteurs publics (Service d’information du gouvernement, Assemblée Nationale, région Ile de France), des grands groupes (dont Sephora, Total) et des PME. Il est aussi fondateur de GEG tech, une entreprise d’ingénierie génétique. Il est actif dans la tech française depuis le début des années 2000, lorsqu’il a fondé un des premiers portail internet pour mobile.

CONTACT PRESSE : Barthélémy Bolo – barthelemy.bolo@evidenceparis.fr – 06.35.81.91.45

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Leave a comment
scroll to top