Close

Adieu Facebook, Messenger et WhatsApp

Source: Pixabay

Beaucoup vont se dire mais quelle mouche diable l’a piqué!

Bien que n’étant pas de la génération ‘millenium’, je n’ai pas été le dernier à user, abuser(?) des réseaux sociaux. Quelle a donc été le ressort de cette démarche pour le moins radicale.

Cette démarche c’est construite sur deux motivations principales: mes données, et le fonctionnement même de la plateforme (algorithmes utilisés pour présenter les fils d’actualité…)

Les données

Prise de conscience tardive me diriez-vous?

 Pas forcément, car pendant très longtemps je n’avais créé un compte Facebook que pour m’assurer de mon « image numérique » ne pourrait pas être ternie, par un homonyme… Je pensais donc maîtriser la bête… Mais au fil des années, petit à petit on se laisse entrainer à l’utiliser, poster des articles (qui n’ont pas forcément d’intérêt), ‘liker’ des posts d’amis ou d’illustres inconnus, et commencer à poster des photos… Toutes ces actions, génèrent des données, et par leur recoupement permettent de se faire une idée assez précise de qui vous êtes, de vos goût et appétences et même de vos opinions politiques…

La première réaction que beaucoup de mes interlocuteurs ont: « et alors, je n’ai rien à cacher! », réaction que j’ai moi-même eu au départ. Mais prenons un peu de recul, car quelles sont les utilisations qui ont pu être faites de vos données? Voici quelques exemples qui ne sont pas exhaustifs:

  • La première utilisation qui est faite de vos données, vient potentiellement de votre non maîtrise des règles de confidentialité, les recruteurs peuvent accéder aux données que vous ne protégez pas! Une photo qui paraissait fun, peut devenir un vrai boulet en cas de candidature dans certains groupes ou administration…
  • Les photos,les messages que nous postons sont du contenu que nous acceptons de partager avec Facebook (Condition d’utilisations)
  • Ces mêmes données qui sont ensuite revendues ou exploitées par des tiers… Comment croyez-vous que Clearview (Usine Digitale) ait pu se constituer une base de données de référence pour la reconnaissance faciale?

C’est la première motivation qui m’a fait me retirer de Facebook, messenger et ce jour de WhatsApp. Oui car WhatsApp, bien que se revendiquant crypté de bout en bout, a quelques failles de sécurité comme l’on montré de dernières publications (dailygeekshow).

Les Algorithmes

C’est le deuxième point important qui m’a fait prendre la décision de quitter Facebook. En effet sur ce point Messenger, et WhatsApp sont moins concernés.

La façon dont fonctionne l’algorithme reste problématique, même s’il existe des façons de le contourner(Danilo Duchesnes)…

D’une façon plus générale, mon expérience quant à l’usage de Facebook sur les derniers mois d’utilisations, m’a amené à constater les points suivants:

  • Difficulté à découvrir de nouveaux sujets, sensation de tourner en boucle.
  • Très facile de rester endogame ce qui ne permet pas de s’ouvrir vers de nouvelles possibilités..
  • Tentation communautaristes, je m’identifie comme faisant parti d’un groupe (quelque soit ce groupe)

De plus, en fonction des sujets, comme par exemple la politique, il y a une violence exacerbée dans les propos…

En conclusion

C’est une vrai libération au sens propre, ne plus être plus ou moins ‘scotché’ à son appli est jouissif! Cela permet aussi de reprendre de la distance par rapport à tout ce qui peut circuler sur ce type de plateforme. La prochaine étape, quitter Tweeter?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave a comment
scroll to top