Close

L’industrie 4.0 quelles tendances?

Toutes les branches de l’industrie sans exception sont touchées par la transformation digitale.

Source: Pixabay

Toutes les branches de l’industrie sans exception sont touchées par la transformation digitale. On parle désormais d’industrie 4.0, mais derrière cette dénomination « marketing », quelles sont les innovations qui se cachent derrière, et qui bouleversent la façon même de concevoir l’industrie ? Comme souvent, le mouvement se fait par une vague de « buzz words » qui par moment cache les vraies innovations de ruptures qui sur des cas d’usages précis montrent toute leur pertinence. La diffusion de ces innovations est rarement exponentielle et passe par des phases de reflux et de croissance…

Il est à noter que sur ces sujets aussi se pose la question de la souveraineté numérique et technologique. Et nous avons aussi la chance sur ces secteurs d’avoir des entreprises établies ou des start-up françaises qui proposent de vraies innovations. Il faut donc les identifier, et encourager la création d’un écosystème pérenne, en effet ces innovations nous permettrons de conserver ou retrouver une autonomie et notre souveraineté industrielle mise à mal par les délocalisations systématiques de ces dernières années.

Cet article ne fera pas une revue exhaustive de toutes les innovations, mais mettra en lumière quelques exemples qui me paraissent emblématiques des changements à venir.

Le Big Data

Le premier exemple qui me vient à l’esprit, est assez emblématique et fait résonnance avec d’autres mouvements dans d’autres secteurs car basé sur « le nouvel or noir » de notre époque, les datas. En effet grâce à de multiples avancées dans les détecteurs, la collecte des données, et l’analyse ‘Big Data’, arrive le concept de ‘Double ou Jumeau Numérique’. Ce nouveau concept a vu son émergence confirmée lors du CES 2019, avec l’émergence de pépites, comme par exemple la Start-up bordelaise Fieldbox.ai.

Mais de quoi s’agit-il ? L’accumulation de données issues des capteurs permet grâce à des algorithmes dédiées de proposer une modélisation en temps réelle de l’usine, de la chaine de montage afin d’en produire un double numérique. Cela permet aux acteurs d’améliorer leur efficacité opérationnelle, mais aussi de gagner en flexibilité et d’anticiper des crises, ou encore de mesurer l’impact de changements, d’ajout de nouvelles machines lorsque des modifications des lignes de production sont à planifier. Cependant, il ne faut pas oublier d’autres fleurons français, qui sont des leaders incontestés dans leur domaine, comme Dassault Systèmes®, spin-off de Dassault Aviation, spécialisé dans la simulation3D, qui offre une palette de solutions éprouvées dans différents domaines industriels : Défense, Santé, Aviation, Automobile, etc…

L’impression 3D

Le deuxième exemple que je trouve plein de promesse, c’est l’impression3D, nous avons quelques sociétés françaises qui proposent des imprimantes 3D (Volumic, Stratomaker, Prodways, 3DCeram …)   Cette innovation est en train de montrer sur plusieurs cas d’usages emblématiques sa pertinence. Nous retrouvons ces usages dans l’industrie bien entendu, dans la création de pièces qui dans un premier temps étaient plutôt limitée à la maintenance, afin de facilité ses opérations et même de rationaliser les coûts… On l’a vu notamment dans les secteurs automobile et aéronautique. Mais de plus en plus d’industriel l’utilise dans leurs procédés de production, car l’impression 3D permet de réaliser des pièces tout aussi résistantes, mais en utilisant moins de matière, ce qui est impossible avec les procédés industriels classique.

Un deuxième secteur industriel qui a vu  son lot d’innovations liées à l’impression 3D, est le domaine de la santé. Des solutions sont proposées afin de permettre d’imprimer prothèses ou de remplacer le plâtre pour les fractures ou même aider à la consolidation des fractures.

Une Start-up française Poetis à même susciter l’intérêt des médias par la mise au point d’un processus d’impression 3D qui permet de reconstruire un épiderme dans toute sa complexité et ce dans l’intérêt des grands brulés, concept encours de validation par un essai clinique. Mais dans ce domaine nous avons aussi d’autres acteurs français Labskin. C’est un secteur prometteur, qu’il nous faut irriguer afin que sa croissance se poursuive, mais qui montre le dynamisme de la recherche française et sa capacité à innover.

Les Drones

Le troisième exemple qui peut paraitre par certain côté futile, car c’est tout d’abord l’utilisation de loisir qui en a fait exploser l’usage, il s’agit des Drones. Dans le domaine des loisirs, nous avons une pépite française qui est Parrot®, mais nous avons aussi d’autres acteurs moins connus du grand public, mais qui sont des acteurs reconnus comme DroneVolt®, dans le domaine des drones civils. Il est cependant un secteur stratégique ou les entreprises françaises sont encore peu ou pas présentes, ce sont les drones militaires, et ici ce joue pourtant des enjeux géostratégiques majeurs, ou tous les coups sont permis du côté de nos « alliés américains »… Si la France seule peut sembler démunie, il serait important d’avoir des initiatives européennes soutenues et dans lesquelles les industriels eux-mêmes jouent un rôle moteur et raisonnable, ce qui est hélas questionnable concernant les retours sur le programme Eurodrone et toutes les remous politiques qu’il suscite.

Eurodrone : d’Airbus Defense & Space

 

 

Conclusion

Comme nous avons pu le survoler, ces quelques exemples montrent le potentiel futur ou même immédiat de ces nouvelles technologies. Il est donc important, que nous suivions de près l’évolution de ces entreprises, que nous faisions le choix ici comme ailleurs de privilégier nos entreprises nationales dans le cadre d’appels d’offres publiques ou privés. Elles seront nos entreprises de demain, qui nous permettrons de retrouver une autonomie stratégique, mais pas seulement, ne jamais oublié que tout retour de production industrielle en local, crée un écosystème de services et de fournisseurs autour d’elles et donc pour chaque emploi direct créé, il y en a plusieurs indirects créés qui permettront de recréer un tissus économique riche dans nos régions…

Il est donc important que nous en prenions conscience, et que les initiatives au niveau politique et des entreprises soient prises afin de permettre à un écosystème français et européens d’entreprises innovantes de s’établir et croitre appuyées par des grands groupes. Que des outils financiers soient mis en place pour accompagner les phases de croissance de ces entreprises, car en France, si les moyens de financer ne manquent pas sur les phases d’amorçage et de développements initiaux, il y a des trous dans la raquette sur les phases ultérieures…

Mais si cela est nécessaire, ce n’est pas suffisant, il faut aussi que nous à titre individuel nous redevenions acteurs de ces décisions par nos choix de consommateurs. Ce changement de mentalité permettra plusieurs bénéfices, au niveau de l’emploi et de son rôle social, au niveau macro-économique, une économie florissante permet de plus grosses entrées d’argent dans les caisses de l’état et donc de permettre de préserver nos services publiques, mais aussi un bénéfice écologique, en effet une relocalisation des chaines de productions, utilisant de nouvelles technologies plus protectrices de l’environnement, permettront de retrouver un bon équilibre de nos écosystèmes. Je sais que c’est une vision idéalisée de ce qui pourrait se passer, mais qu’est-ce qui nous empêcherait collectivement de le mettre petit à petit en œuvre. Ce n’est pas parce que les choses n’avancent pas toujours aussi vite que nous le souhaiterions qu’il faille baisser les bras.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave a comment
scroll to top