Close

Au revoir Uber !

Source: standard.co.uk

Je continue mon sevrage des outils et plateformes digitales américaines. Pour certains d’entre vous, je suis sûr que cela paraîtra excessif. Cependant malgré les apparences, je n’ai pas encore pu arrêter nombres d’applications américaines, car il faut le reconnaitre toutes les alternatives n’offrent pas nécessairement l’équivalent en termes de services rendus aux utilisateurs.

J’essaie dans ce cas, de panacher mon utilisation, ce afin de permettre à ces alternatives de grandir et qui sait un jour avoir un service encore plus abouti.

Pourquoi quitter Uber ?

On peut effectivement être admiratif sur l’idée novatrice qui a permis la naissance d’Uber. Elle mettait au cœur du dispositif la satisfaction client pour un coût pour l’utilisateur maîtriser et surtout avec le côté pratique de payer via une application. Ce service était une avancée par rapport au service rendu par les taxis classiques.

Cependant, un certain nombre d’éléments sont venus remettre en question le modèle de ce type de plateforme. Dans ces éléments, il y a bien entendu la façon dont Uber traite les chauffeurs de VTC utilisant un lien de subordination tout en évitant, notamment en France, ses devoirs d’employeur. Dans un autre registre, sa capacité à organiser son évitement de la fiscalité, est pour moi un deuxième souci. Certes, on peut considérer à juste titre que la fiscalité est quasi confiscatoire en France, cependant chaque acteur de l’économie française, qu’il soit de nationalité française ou non, doit contribuer.

De plus, je reste dubitatif sur l’usage de nos données personnelles collectées par l’application. Même si cette crainte et inquiétude vient de l’utilisation à notre insu de nos données par d’autres plateformes.

Le dernier élément, et non des moindres, c’est que tout d’abord, certaines centrales de taxi (notamment en région parisienne) ont pris en compte le changement de leur environnement concurrentiel. Ils ont ainsi développé leur propre application permettant une facilité d’utilisation du service taxi accru assez aligné sur la pratique Uber. Nous avons vu l’émergence aussi de nouvelles plateformes de VTC françaises et européennes, et donc pourquoi continuer à favoriser une entreprise américaine ?

Les offres alternatives.

Il est intéressant de constater qu’il existe plusieurs alternatives à l’utilisation d’Uber. Il est vrai que pour certaines d’entre elles, leur implantation géographique principale est plutôt en région parisienne, mais cela était aussi le cas pour Uber.

Les Taxi G7 proposent une application qui permet de commander son taxi, sa catégorie pour les particuliers : G7 Green, G7, G7 Van ou G7 VIP, pour les professionnels Business pass G7 ou G7 Le club, de suivre son arrivée et d’enregistrer sa carte bancaire pour ne pas avoir à payer dans le taxi.

Nous avons dans les plateformes VTC, l’un des leaders européens Kapten, anciennement « Chauffeur Privé », fondée en France, elle a rejoint l’alliance FreeNow qui regroupe notamment BMW Group et Daimler Group. Application facile ici aussi d’application, et prestations de qualité, avec en ces temps de pandémies, les équipements nécessaires.

Nous avons aussi le VTC Marcel, qui se revendique VTC citoyen, et propose une offre 100% électrique. Je n’ai pas testé ce service, et ne peux donc vous en dire plus.

Il est clair que je ne suis pas exhaustif dans cet article, mais l’objectif était de vous sensibiliser à l’existence d’alternatives, qui ont leurs spécificités et peuvent combler vos attentes.

En conclusion

Petit à petit je réduis mon adhérence aux Gafams et autres acteurs du numériques américains, je découvre de vrais alternatives crédibles et intéressantes du côté plateformes françaises, ce qui est plutôt rassurant. Il existe bien des choix qui nous permettent d’éviter d’être sous l’emprise des géants du numériques que ce soient des américains ou chinois. Sur certain secteur, peut-être que la qualité ne sera pas toujours à la hauteur de nos attentes, mais pourquoi ne pas commencer à les utiliser et essayer de leur faire prendre en compte nos attentes ? En effet, favoriser nos acteurs nationaux, c’est favoriser des emplois en France, avoir des acteurs qui paient leurs impôts en France et donc permettent le maintien de notre système social. C’est aussi permettre l’éclosion d’un écosystème qui favorise notre vitalité économique, qui nous sera à tous bénéfique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave a comment
scroll to top