Close

Les CCI jouent contre leur camp !

vignette cci

vignette cci

Voici quelques temps que je me demande si en France, au sein de l’administration, du gouvernement ou des organismes publics, il reste ne serait-ce qu’un soupçon de désir de servir les intérêts de français, et plus particulièrement des entrepreneurs du numérique français ?

Et il y a de quoi se poser des questions à voir le fonctionnement des CCI !

« Les CCI sont des établissements publics de l’Etat… »

Les chambres de commerce et d’industrie (CCI) sont des établissements publics de l’Etat, administrés par des dirigeants d’entreprises élus par leurs pairs. Ils ont pour mission de représenter les intérêts de l’industrie, du commerce et des services auprès des pouvoirs publics et des autorités étrangères … Dommage qu’ils le fassent en promouvant des outils du numérique américains et favorisent ainsi leur hégémonie

Dans le cadre de leur mission les CCI ont la charge d’aider les entrepreneurs, et de proposer un nombre de services qui vont de la formation continue, à l’accompagnement sur la connaissance des marchés ou à la transformation digitale de l’économie etc… Services ô combien utiles. Face aux défis de la transformation digitale de notre économie, il est nécessaire de proposer des ateliers de formations et sensibilisation aux outils du numérique que cela soit sur le stockage des données, la cybersécurité et/ou les outils de marketing digital ou de vente en ligne.

Quelle ne fut pas ma stupéfaction de voir cet organisme à mission publique promouvoir des outils du numérique américains !

cci google

Et cela ne choque personne ! Pourtant il y a beaucoup à redire. En effet, encourager les petits commerçants indépendants à utiliser les boutiques en ligne Amazon ou Google, c’est favoriser le pillage des données de navigation de leurs clients pour qu’elles soient utilisées par leurs concurrents que sont les géants du commerce en ligne… Inquiétant non, pourquoi ne pas donner à Google ou Amazon les clés de sa boutique. On souhaiterait faire disparaître les indépendants, que l’on ne s’y prendrait pas autrement !

« Pourtant, les CCI devraient pouvoir se reposer sur des acteurs locaux du numériques »

Pourtant, les CCI devraient pouvoir se reposer sur des acteurs locaux du numériques, favoriser ces entrepreneurs afin de consolider un tissu économique local et pérenne. Comment accepter de favoriser des entreprises américaines hégémoniques, qui sont de moins en moins innovantes et surtout non respectueuses de nos données, réglementations, lois et de notre culture ?

Favoriser des acteurs locaux, s’est s’assurer que charges sociales et impôts soient bien payés en France ! Il est inadmissible alors que nous avons des acteurs pertinents en France que l’on permette aux géants américains de détruire toute émergence d’un écosystème souverain. Il est temps que les CCI se rapprochent des initiatives du collectif français comme #PlayFranceDigital afin de choisir des alternatives françaises pour animer les ateliers de sensibilisation au numérique !

N’est-il pas préférable pour un artisan en quête de services numériques d’avoir un fournisseur à portée de « baffes » que d’être empêtré avec un grand groupe pour lequel le petit n’a aucun poids ? Est-il de l’intérêt du commerçant de créer une partie vente en ligne sur les outils américains, où les données de ses clients ou prospects seront utilisées pour fournir à ses concurrents des publicités ciblées avec des offres promotionnelles qui les détourneront de leur choix ? Alors qu’il existe des acteurs français qui ne sont pas dans cette démarche, comme #smartrezo ?

« Peut-on continuer de se lamenter des mêmes effets, chômage de masse, désindustrialisation et chérir les mêmes causes en favorisant l’économie américaine »

Un élément d’explication est que ces mêmes CCI sont intimement liées à nos grandes écoles de commerce, où sévissent les géants américains et où a seule vision de la transformation numérique professée est celle de l’utilisation des outils américains. Ces écoles sont censées enseigner le marketing, pas en être victime.

Citons aussi le cas des universités qui continuent de proposer de l’Office365 « gratuitement » aux étudiants via leurs frais d’inscriptions.

Est-il normal de scier continuellement la branche sur laquelle on est assis?

Peut-on continuer de se lamenter des mêmes effets, chômage de masse, désindustrialisation et chérir les mêmes causes en favorisant l’économie américaine, les entreprises et les méthodologies américaines ?

Ne serait-il pas temps de retrouver de la fierté particulièrement au travers de nos pme et tpe qui sont souvent innovantes et apportent de la valeur localement. Le numérique qui se veut responsable en termes environnemental ne gagnerait-il pas à être aussi plus local, générant ainsi un cycle vertueux ?

Il est temps de nous ressaisir à tous les niveaux, la souveraineté numérique n’est pas un repli sur soi, mais la nécessaire volonté de proposer différentes alternatives à l’ensemble des entrepreneurs et entreprises et ce afin de répondre au mieux à leurs besoins business, réglementaires, légaux et géostratégiques !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Leave a comment
scroll to top