Close

Souveraineté Numérique, alternatives aux Gafas

Après des années d’une utilisation intense des outils digitaux fournis par les #GAFAMS, une prise de conscience personnel me fait prendre un nouveau chemin. Cela vous peut vous paraitre étrange, un directeur projet dans le domaine des systèmes d’informations et digitaux qui entame une démarche de retrait des GAFAMs…

Cette démarche, n’est pas une critique sur la qualité des services et fonctionnalités proposés par les GAFAMs, si j’en ai été un grand utilisateur, c’est que ces solutions sont effectivement bien développées et performantes d’un point de vue utilisateur, mais la question n’est pas uniquement là.

Qu’est-ce qui motive donc ce changement de positionnement ? Les raisons sont multiples et se déclinent sur différents niveaux.

Au niveau personnel :

Le sujet de préoccupation principale, qui je sais n’est pas celui de la majorité des utilisateurs, c’est celle de l’utilisation des données personnelles. J’ai été un utilisateur inconditionnel de #Google (Gmail, Drive, photos, Maps, Waze (racheté par Google) etc…), version gratuite, ce qui comme veut l’adage, si ce n’est payant c’est vous le produit.

Pour les utilisateurs intensifs de Google ou de Facebook, n’avez-vous jamais constater le ciblage publicitaire intense, les propositions concernant des services ou produits en fonction de localisation, même lorsque vous avez fait attention à vos paramètres de confidentialité ?

Utiliser son adresse Gmail pour recevoir des courriers médicaux et/ou des comptes rendus médicaux, est-ce la bonne option lorsqu’on voit l’utilisation faites des données de santé par #Google [1]

Il y a aussi la mode des objets connectés de Santé, outil intéressant et il y a une multitude de solutions: #Withings #Fitbit #Samsung #AppleWatch, ect… Où sont stockées vos données, en dehors de l’utilisation de monitoring qui vous intéresse, par qui sont-elles utilisées ? L’acquisition de Fitbit par Google donne une toute nouvelle dimension à cette question [2]

Si nous nous intéressons maintenant plus particulièrement au cas des réseaux sociaux #Facebook, #Instagram, #WhatsApp, #LinkedIn et #Viadéo, qui adressent différents segments de marché. Là encore les solutions GAFAM détiennent le haut du panier. Cependant là encore un nombre de questions, en tant que utilisateurs/consommateurs, si on se veut responsable doivent être prise en compte :

  • Avons-nous réellement la maîtrise de nos données? [3] [3b]
  • Les Applications utilisées ont-elles le niveau de sécurité requis? [4][5]
  • L’environnement juridique est-il protecteur à notre encontre [6] [6b]

La façon dont j’ai décidé de répondre à ces questions à titre personnel est de retourner vers des solutions plutôt françaises ou européenne, car cela me semble être un enjeu crucial, et nous pouvons à titre individuel arriver à faire bouger les lignes, nous devons reprendre notre #SouverainetéNumérique.

Voici quelques exemples de solutions personnelles que nous pouvons utiliser et surtout encourager :

  • Messagerie mail: une solution hébergée, sécurisée Suisse: #protonmail
  • Moteur de Recherche: Le moteur #Qwant est une alternative sérieuse à #Google, qui évolue et en voie d’amélioration. Il n’est pas parfait mais cela reste une bonne alternative pour protéger vos données personnelles.
  • Messagerie instantanée: il existe une solution française, une Start-up que je vous engage à encourager #Olvid, cette solution vous garantit la sécurité et l’inviolabilité de vos échanges
  • Solution Cloud pour le Stockage: #Cozy une solution élégante, dont l’un des intérêts est de proposer un nombre non négligeables de connecteurs qui vous permettent de récupérer simplement vos factues ou autres pièces administratives.
  • Montres connectées: une solution française (bref passage par la case Nokkia): #Whithings
  • Maison connectée: là aussi plustôt que de choisir les solutions Google (#Nest), choisissez la solution française, qui s’est alliée avec Legrand: #Netatmo.
  • GPS mobile: Choisissez plutôt #ViaMichelin, plutôt que Google Maps ou Waze

Ces choix ont un coût, en effet certaines de ces solutions bien que proposant une version gratuite (avec des fonctionnalités limitées), requièrent rapidement de passer à une offre payante, mais les tarifications restent raisonnables et je suis persuadé qu’il faut en passer par là afin de retrouver une garantie de sécurité de nos données. La gratuité de toutes les façon n’est qu’une illusion

Au niveau économique :

En effet, c’est l’autre angle qui motive ma démarche, même si cela peut paraître futile pour la plupart d’entre vous, est la transformation digitale qui est à la fois un buzz word mais recouvre aussi et surtout une réalité qui touche l’ensemble de notre tissu économique. La Data devient, même si là encore, il y a beaucoup de fantasmes, une ressource indéniable de création de valeur.

L’ensemble de cette transformation entraîne la création de nouveaux métiers, l’apparition de nouveaux services et entreprises. Mais là encore, nous avons tous notre rôle à jouer, avec deux axes :

  • Un personnel de plutôt favoriser quand c’est possible des acteurs français et ou européens plutôt que les GAFAMs ou leurs équivalents Chinois.
  • Un engagement professionnel d’influencer les choix de nos entreprises respectives lors qu’il faut choisir d’implémenter une solution pour appuyer la transformation digitale de nos activités.

Même au niveau Start-up, PME/TPE se poser les bonnes questions peut permettre d’assurer la vie à long terme de l’entreprise au détriment d’un profit court terme. Par exemple se mettre sur une #Marketplace comme Amazon, votre visibilité est plus importante, vous touchez potentiellement une plus grande population, par contre toute la connaissance clients et de son parcours vous échappe, mais ce ne sont pas les seuls inconvénients [7]…

L’autre éléments clés de la transformation digitale de nos activités, ce sont les données, elles sont devenues l’El Dorado, le futur relais de croissance, et donc se posent les questions suivantes :

  • Sécurité des données, ne seront-elles pas utilisées par les agences gouvernementales ? L’interprétation du Patriot Act et du Cloud Act part les Etats-Unis [6] [6b]dans le contexte d’une guerre économique intense avec comme ennemi déclaré notamment la Communauté Européenne est une question loin d’être anodine.
  • La sécurité de nos réseaux, est une autre question primordiale qui impacte la sécurité de nos données [8] mais aussi la capacité à échanger des volumes de données de plus en plus importants. Faut-il resté sous vassalité américaine ou passer sous vassalité Chinoise, panacher en s’appuyant sur la technologie 5G européenne #Nokkia? [9]
  • Quid des algorithmes et de leur construction, doit-on laisser la maîtrise de ces outils aux US ou à l’Asie, n’est-il pas temps de regarder les solutions européennes?

Là encore, il ne s’agit pas d’être dogmatique mais de bien connaître l’environnement dans lequel nous vivons. Monde de plus en plus concurrentiel, voir de plus en plus conflictuels, et avoir notre #SourverainetéNumérique est un élément clé pour notre futur. C’est aussi, aux décideurs économiques européens de subir un choc salutaire et de favoriser des initiatives française ou européennes, car la réponse ne peut venir des seuls états [10] [10b].

Au niveau géopolitique:

Là aussi les questions de maîtrise des technologies de l’information en termes de software mais aussi en termes d’infrastructure/Hardware sont stratégiques et vitales pour un continent, le continent européen qui est l’une des toutes premières forces économiques mondiales mais un nain politique et militaire.

Dans ce chapitre aussi on retrouve des points clés évoqués dans les deux sections précédentes:

  1. Les réseaux 5G, Fibres
  2. Le Cloud, avec des aspects de localisation des Data Centers et de l’entité juridique qui les manage (attention à l’extraterritorialité que la Loi Américaine)
  3. Les softwares et surtout les algorithmes utilisés, nous ne pouvons plus nous contenter d’accepter que ce soit juste des boites noires, il est évident qu’ils peuvent servir à de vastes manipulations des opinions publiques, qui sont la force et la faiblesse de nos grandes démocraties. La façon dont ils fonctionnent peuvent nous enfermer dans un cercle de publications qui pourront auto-alimenter un phénomène qui somme toute est marginale [11] [11b]
  4. Les données personnelles sur les plateformes telles que Facebook, Google, WhatsApp, Instagram, Snapchat, Amazon, etc… Comment sont-elles utilisées, à qui sont-elles vendues? Le sont-elles avec l’accord de l’utilisateur ? Et à toutes ces questions, les dangers sont multiples: Ciblages de populations déterminées pour influencer l’issu d’un vote [12], Récupérations de données de la concurrence de façon illégales (crapuleuse ou action d’un état) pour favoriser son business ou un secteur économique stratégique… [13]
  5. La nécessaire maîtrise des briques technologiques de notre monde complexe et reposant de plus en plus sur la technologique afin de garder une indépendance stratégique et militaire: signal GPS [14], ou protocole de communication mais aussi le hardware et les couches basse comme l’OS. Mais aussi pour garder son indépendance économique, notamment nos échanges avec des pays qui sont classifiés comme ennemis des US, car les ennemis de nos « amis » ne sont pas forcément os ennemis :crise Iranienne et guerre économique US-Chine [15]….

Conclusion

Nous avons pu constaté que les enjeux de nos choix tant personnels que professionnels ont un impact notable sur nos marges de manœuvre économique et politique dans un monde qui devient de plus en plus conflictuel et complexe. Ne pas se poser les questions sur les conséquences de nos choix en termes matériels (aspect peut développer dans cet article), logiciel, réseaux et plateformes applicatives ou de réseaux sociaux auront et ont déjà des impacts non négligeable sur notre économie, notre indépendance ou dépendance face à tel ou tel acteur, mais aussi en termes d’emplois…

La solution n’est pas forcément dans le rejet total des GAFAMs ou leurs concurrents chinois, mais d’en faire une utilisation raisonnée et ne pas hésiter à prendre des alternatives autres quand elles se présentent. Pour les DSI des grands groupes français et/ou européens, il serait peut-être temps de sortir de la zone de confort des recommandations faites par les grands cabinets de conseils quis ont presque exclusivement américains et qui sont les prescripteurs des solutions entrainant la réalisation par la même de succès qui n’étaient pas forcément écris. Pour les entreprises françaises et européennes, il serait peut être temps de penser aux acteurs du cloud et de l’externalisation européens: #OVH, #Outscale, #Online, #Orange…

Pensez aussi à soutenir des Start-up françaises qui proposent tout un panel de solutions innovantes sur différents secteurs: #Olvid pour la messagerie instantanée sécurisée, mais il y a aussi intervenant sur des secteurs spécialisés souvent stratégique dont certaines hélas sont passées sous pavillon américains #Latécoère ou en passe de le faire #Photonis. Devant un état qui ne peut pas tout et une potentielle défaillance de nos élites politiques, il me parait important que nous nous mobilisions pour reprendre en main notre destinée.

 

Quelques références:

[1] Usine Digitale ‘Une enquête s’ouvre sur la collecte massive de données de santé par Google aux Etats-Unis

[2] Dailygeekshow ‘google fitbit rachat’

[3] Le Monde (Mai 2016) ‘Données personnelles : Facebook condamné par la CNIL à 150 000 euros d’amende’

[3b] 01Net.com (Novembre 2019) ‘Une nouvelle fuite de données personnelles chez Facebook’

[4] ZDNet(Août 2019) ‘Whatsapp ‘une faille de sécurité découverte par Check Point’

[5]Le Monde (septembre 2018) ‘Cinquante millions de comptes Facebook affectés par une faille de sécurité’

[6] Les Echos (Juillet 2019) ‘Cloud Act : Amazon traite les requêtes de la justice américaine’

[6b] Alliance Connect (Mars 2015) ‘Jusqu’où va le Patriot Act ?’

[7] 20 Minutes (Décembre 2018) ‘En conflit avec Amazon, les petites entreprises veulent redéfinir les règles du jeu’

[8] Le Monde (Juin 2019) ‘La 5G provoque un vent de panique au sein des services de sécurité européens’

[9] Le Figaro (Juin 2019) ‘L’Europe en mal de stratégie pour le déploiement de la 5G’

[10] Les Echos (Août 2019) ‘Une page se tourne pour le cloud souverain français’

[10b] Le Figaro (Octobre 2019) ‘Le cloud souverain à la française, parade aux lois américaines’

[11] SiècleDigital (Septembre 2016) ‘Comment fonctionne (réellement) l’algorithme de Facebook ?’

[11b] TV5 Monde (Janvier 2018) ‘Facebook : son nouvel algorithme « sympa » va-t-il tuer les médias ?’

[12] CNIL (Avril 2018): ‘Affaire Cambridge Analytica / Facebook’

[13] Atlantico (Juin 2013) ‘L’autre enjeu du scandale de la NSA: derrière la lutte contre le terrorisme, l’espionnage industriel américain à grande échelle’

[14] Next Inpact (Décembre 2016) ‘Galileo : le GPS européen est enfin disponible’

[15] Les Crises (Février 2019) ‘La guerre technologique et les sanctions américaines prendront fin, par bipolarisation de l’économie globale. Par Alastair Crooke’

 

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

One Comment
scroll to top